Place Besagne by Loubière

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Place Besagne by Loubière

Message par Le Bureau le 29.08.14 14:15

Le topic est créé afin que Loubière s'il le veut bien, vienne nous délecter de ses écrits qui seront également retranscrits sur le blog.
avatar
Le Bureau
Modérateur

Messages : 103
Date d'inscription : 20/10/2007
Localisation : Toulon

Voir le profil de l'utilisateur http://lesfilsdebesagne.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 29.08.14 18:18

Salut à tous les aficionados de "ruguebi" et en particulier de notre cher RCT

Les Fils de Besagne m'ont demandé de publier les écrits de la Place Besagne

Ces écrits sont publiés sur 2 autres sites et sont l'œuvre d'un Toulonnais d'origine corse, grand Ercétologue, passionné de chez passionné, et qui utilise le pseudo suivant : Sampiero Corsu

Pour rendre à César ce qui appartient à Jules, je ne suis que le "metteur en page".

Place Besagne est née sur les forums RCT en janvier 2012

Pour donner le ton, je vais insérer le post originel, puis les 2 premiers de cette nouvelle saison 2014 - 2015

Vive le RCT
Longue vie aux Rouge et Noir
Et que les victoires soient nombreuses et belles

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 29.08.14 18:24

La place Besagne n’est pas la plus pittoresque de Toulon.

Coincée entre des immeubles elle présente cependant quelques avantages : une fois installé on contemple le Faron, on devine le port et surtout on voit le sommet des poteaux de Mayol.

Cette proximité inspire les Mordus, Fadas et autres Fils de Besagne pour des discussions sans fin dont l’issue est connue d’avance : le Ercété va gagner. Quelquefois nous sommes volé par l’arbitre, le vent est contraire, il pleut des pénalités, la foudre tombe de la ligue, le tonnerre est fédéral et même un rebond défavorable est télécommandé par les caciques du Sud Ouest.

Mais cette place c’est l’Agora de la République de Besagne, le dernier salon ou l’on cause à l’ombre des tribunes du Temple avec le Pilou Pilou en guise de fond musical.

D’une longue passe vissée je vous livre quelques morceaux choisis, inspirés par ces Fadas, Mordus et Fils de Besagne qui font du Rugby Club Toulonnais un club pas comme les autres.


Sampiero Corsu

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 29.08.14 18:29

FEU D’ARTIFICE.

En ce jour de fête nationale le Rugby Club Toulonnais démarre officiellement la saison. Pendant ces vacances j’ai visionné avec plaisir les images de cette année historique et il faut bien reconnaitre que c’est bonnard de revoir les matchs en connaissant le résultat, sans stress, les ralentis à volonté et les « replay » illimités. Ce début d’été a été occupé par les matchs dans l’hémisphère sud qui ont démontré deux évidences : les Bleus sont tombés bien bas, les Blacks sont toujours au sommet.Ces gens là sont toujours en avance dans l’approche du jeu, ils ont le jeu de rugby dans leur culture, l’excellence de leur groupe est constante. J’ai trouvé un semblant d’explication : la Nouvelle-Zélande est le premier pays du globe à basculer dans la nouvelle année d’où un éternel temps d’avance…N’y tenant plus, je suis descendu (de la montagne vers la mer) pour prendre la température sur la place Besagne et sur mon chemin, premières surprises : J’ai découvert le boulevard Giteau, les avenues Armitage, la place Wilko, le square Laporte ; a également été créée, paraît-il, l’impasse Cardona mais elle reste introuvable sur le nouveau plan d’urbanisme.

Les nouvelles sont « classiques » : Lourdes s’est (encore) déplacé et le BO a été sauvé de la fédérale par l’argent du contribuable, le baron basque s’est téléporté aux commandes de l’équipe de France, les joueurs de la Rochelle ont mis le feu à une île sur laquelle ils fêtaient leur accession dans l’élite, le congrès de la FFR s’est déroulé non pas à Evian ou Vittel mais au cœur du Beaujolais.La bible jaune fait des siennes dans son numéro spécial saison en faisant l’étalage de l’inculture de ses spécialistes: ces gens là ne tremblent pas en affirmant que le RCT a été sacré champion de France pour la troisième fois (page Cool…à moins que le retrait d’un titre faisait partie du forfait dans les sanctions du président et du manager.Le calendrier nouveau (dans le Beaujolais c’est normal) est rendu public et présente une particularité inattendue : il est (je cite) asymétrique ce qui signifie que les matchs aller-retour ne correspondent plus au club rencontré lors de la première rencontre. Des mauvaises langues prétendent que c’est l’un des effets du lieu géographique du congrèsfédéral… Les congressistes ont démontré une certaine aptitude à ne rien faire, sauf à dire leur inquiétude sur le déroulement de la saison 2015/16, laquelle est compliquée par le déroulement de la coupe du monde de rugby chez les Britanniques et du championnat d’Europe de foot dans notre pays. Il est envisagé de faire jouer la finale en Espagne…l’étape lunaire n’est plus très éloignée.

Le double champion d’Europe et de France a effectué son premier entrainement devant 2000 spectateurs…les 14 juillet se suivent et ne se ressemblent pas car, hormis notre fête nationale, je pense à celui de 1755 qui vit Pascal Paoli être nommé général de la nation Corse et proclamer l’indépendance vis à vis de la république de Gênes. Pour rester en « Ovalie », c’est le 14 juillet 1979 qui me vient naturellement à l’esprit: la première victoire des Bleus chez les All-Blacks avec Gallion comme numéro neuf.

Cette première saison sans Jonny va débuter pour nos couleurs à Jean Dauger et j’y vois un heureux présage car c’est mon stade préféré à l’extérieur et j’espère que les commentateurs vont se taire pour que l’on profite pleinement de l’hymne de ce club légendaire.Sir Jonny, qui, après avoir donné son corps au rugby en général et au RCT en particulier devrait gouter aux joies de la retraite, reste à savoir ce que cela signifie pour cet extra terrestreLe rédacteur en chef de la bible jaune philosophe sur notre société qui serait celle de l’hyperactivité, y compris dans l’oubli quasiment instantané d’un évènement. Il nomme cet état le cynisme communicationnel ou le jugement décervelé. Il est vrai que dans notre société le faire savoir prime souvent sur le savoir faire…Qu’il se rassure, nous ne brocarderons pas nos héros au plus froid de l’hiver, je suis persuadé que tout à fait normalement les autres clubs vont « bien nous recevoir », reste la réaction épidermique des hautes sphères. Il y a un an je prédisais que l’arête coincée dans la gorge de ces messieurs allait nous jouer des tours, cette année il y a le poisson complet, plus une bonne couche de rouille badigeonnée par la candidature fédérale du manager et ses déclarations…Leurs mines « réjouies » au moment de la remise du bouclier aux Rouge et Noir a été un grand moment de contrariété et je parie que ce soir là le gueuleton, contrairement aux habitudes a été écourté par crainte d’indigestion.

Besagne le 14 juillet 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 29.08.14 18:31

COMME D’HABITUDE.


Il y a juste un an le RCT avait inauguré à Montpellier la nouvelle donne qui consistait à résoudre l’équation en matière d’en-avant pour étudier les propriétés fondamentales de l’espace temps. Le directeur de jeu devait avoir le compas dans l’œil, le pied à coulisse dans la poche droite, les biscottes jaunes dans la gauche et les cartons rouges dans la poche arrière.
Equation mystérieuse qui nous avait d’ailleurs privés de la victoire dans la république autonome de l’Hérault, mais le problème avait été bien vite remisé dans un tiroir car tous les arbitres ne sont pas licenciés en physique quantique.
Histoire de ne pas déroger à la tradition, le sinistre patron des arbitres (personne ne se souvient de l’avoir vu esquisser l’ombre d’un sourire), s’est épanché dans la presse sur les essais litigieux de la première journée et surprise (sauf sur la place Besagne), sur trois cas, le seul indiscutable est celui de l’essai du RCT à Jean Dauger, qui aurait du être refusé. Je le cite : « si on accorde des essais comme celui de Toulon on va introduire un doute incompréhensible ».
Comme d’habitude.
C’est un expert qui parle et je lui concède volontiers qu’en matière de troubles incompréhensibles semés pendant sa carrière d’arbitre il est sur la plus haute marche du podium. Va-t-il, pour reprendre les textes officiels, être suspendu pour avoir porté atteinte à l’intérêt supérieur du rugby en critiquant l’un des siens ?

Sauf que les images publiées dans la bible jaune et les explications idoines démontrent clairement le contraire.

Mais j’avoue que, pour moi, le plus important c’est bien la disparition de Dominique Herlax. Ce nom ne vous dit peut être rien et pourtant vous connaissez tous cet hymne splendide de l’Aviron Bayonnais qui donne la chair de poule. C’était l’auteur de ces lignes, écrites sur une nappe et dans des circonstances sans doute festives…le Basque sait se tenir.
En cette journée du 15 aout Bayonne a perdu plus qu’un match. Un hommage solennel va lui être rendu samedi soir à Jean Dauger et j’espère que les commentateurs seront dignes (en se taisant).

Dans l’hémisphère sud les Blacks vexés ont mis un point d’honneur à servir un 51 aux Australiens en jaune, il est vrai que ça coule de source. Quand on sait que nos Bleus ont été laminés par l’Australie il y a du souci à se faire, l’excuse des étrangers barrant la carrière de nos chères têtes blondes surdouées n’étant qu’un faux prétexte qui arrange surtout les instances de notre pays, tout comme les gouvernements.
L’arbitre de la finale du super 15 a présenté ses excuses pour avoir sifflé (à tort) une pénalité fatale aux co-équipiers de Mac Caw, on attend toujours une réaction semblable dans le Top 14. On peut d’ailleurs constater sur ce cas précis qu’une campagne de presse bien orientée peut influencer le résultat d’un match. Le capitaine des Blacks a sans doute payé cash là, le laxisme coupable du corps arbitral sur sa façon de jouer depuis des lustres.

Chez nous la grosse affiche était, parait il, le derby du centre, bien terne rencontre qui a mis en évidence deux faits : Brive a encore essayé de « jouer » comme dans les années 70 et Clermont a affiché une efficacité pragmatique digne de …Toulon avec Wilko, ce qui curieusement n’a choqué personne.

Samedi soir les « Rouge et Noir » ont joué un match de Top 14 à Mayol, c’est un évènement car ça faisait presque six mois que cela ne s’était pas produit. Deux explications : un calendrier concocté à la fin d’un banquet de la ligue et les délocalisations chères à notre président. Dans le même ordre d’idée ce lundi 25 août sont mises en vente les places pour RCT Clermont dans trois mois. Heureux sont ceux qui peuvent investir en étant certain d’être disponibles ce jour là pour aller à Nice.

Ce match contre la Rochelle ravive de bien mauvais souvenirs car le 19 mai 2007, avant la rencontre pour l’accession, le président de ce club avait déclaré « c’est le rugby des mercenaires contre celui des valeurs », mais s’était empressé de les mettre aux oubliettes lorsque, renvoyant des panneaux appartenant au RCT et oubliés dans les vestiaires, ceux-ci étaient revenus avec des insultes. Trois ans après le RCT, n’ayant rien oublié, était venu s’imposer chez ce monsieur et notre président, qui avait promis de chanter dans ce vestiaire, avait tenu parole.
Un commentateur télé était célèbre pour son « 17 comme Charente maritime » ou « sa cabane tombée sur le chien ». J’ai regretté qu’il n’officie plus car ses réflexions auraient été intéressantes à entendre vu le score et de toutes façons il n’aurait pas fait pire que les deux préposés de la chaine cryptée qui commentaient ce match.

La prochaine journée c’est la capitale qui se profile chez le Racing, ce match tombe plutôt mal car après les remous sur et en dehors du terrain lors de la dernière rencontre « amicale » du début de mois et la remontée des bretelles que les Ciel et Blanc ont du essuyer suite à leur deuxième période à Bordeaux, ça va piquer.
Leur 9 s’était lamenté dans la presse après la demi finale que nos joueurs étaient trop durs (!), le couple d’entraineurs claironnait qu’ils étaient trop « gentlemen ». Les joueurs parlent de revanche.
Ca promet.

Lundi dernier le stade d’entrainement du RCT s’est déroulé devant plus de cinq cents spectateurs dont un bon nombre de minots. Ceux-ci avaient les yeux grands ouverts en voyant Sir Jonny taper des pénalités comme aux plus beaux jours.
J’avoue ne pas digérer de les voir demander une signature ou essayer de faire une photo…à travers des grilles. Comme dans une ménagerie. Si ces joueurs professionnels ne supportent pas cette « pression » c’est bien que le rugby pro se rapproche de ses racines (le foot). A quand la suppression de la haie d’honneur à l’arrivée au stade. Un tunnel place Besagne-vestiaire ne pourrait t il pas être envisagé ? C’est ridicule, mais celui-ci ne tue pas.

L’actualité m’interpelle : le sélectionneur de l’équipe de la France a viré deux de ses équipiers qui avaient critiqué publiquement sa conception du jeu (politique). L’effet immédiat a été une flambée de la bourse. Pas certain que cela rende le sourire aux millions de chômeurs et aux retraités qui vivotent avec quelques centaines d’euros par mois.

Besagne le 29 aout 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Titony le 02.09.14 17:03

Pour info, c'est sur le blog.
Je suis ravi de pouvoir vous compter parmi nos futurs contributeurs.
avatar
Titony
Administrateur

Messages : 676
Date d'inscription : 07/06/2008
Age : 37
Localisation : Claret Beach

Voir le profil de l'utilisateur http://antonio-delasantacrutcha.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Mayolesque le 05.09.14 7:26

Degun m'a envoyé un message, il est dépressif devant la qualité des textes de Loubière...lol!
Sous tranquillisant il promet de revenir rapidement donner le change très modestement à cette belle plus de "Place Besagne" sunny
en tout cas félicitations

_________________
Être un emmerdeur c\'est un métier qui demande beaucoup de travail .
Je bosse en conséquence !!!
avatar
Mayolesque

Messages : 2416
Date d'inscription : 29/10/2007
Age : 58
Localisation : Entre Mer et Mayol , Là ou se trouve degun!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 05.09.14 10:35

PAS DE FAUTE !


Célèbre rengaine du « patron » depuis longtemps, et si certains « Rouge et Noir » l’ignoraient, je parie qu’ils vont rapidement être mis au parfum…
Pas de faute !!

Le RCT est revenu bredouille de la capitale, ce qui n’a rien d’infamant en soi, mais surtout avec un goût amer dans la bouche et ça ce n’est pas très agréable. C’est cette impression d’avoir été le dindon de la farce qui prédomine. Nous avons vu un Toulon dominateur dés l’entame, mais un Toulon brouillon, maladroit et j’irai jusqu’à dire naïf par moments.
Pas de faute !!
Certes l’arbitrage a été « sujet à caution », certes notre talonneur a pris une biscotte pour avoir éternué, mais l’arbitre ne fait pas d’en avant même s’il semble en oublier un sur leur deuxième essai, et ne commet pas de péché de gourmandise sur une action qui doit être gagnante.
On peut argumenter que les Parisiens ont déjoué, qu’ils ont pu faire du Mac Caw impunément, que l’un des deux Laurent se lamente sur une éventuelle poire reçue par leur ouvreur, le résultat est là : nous avons fait Fanny, comptablement parlant. Mais peut-on passer sous silence la splendide prestation de certaines « doublures », prestation haut de gamme qui va donner mal à la tête du manager pour constituer le prochain groupe. Les spécialistes et experts vont-ils s’extasier sur le fait que ce RCT là fait le jeu et ne gagne pas, ou se lancer dans une hystérie médiatique comme au lendemain de notre première victoire en H Cup ? Bien sur que non et j’ai souvent défendu ce principe pour ne pas le critiquer aujourd’hui : seule la victoire est belle. S’il y a la cerise sur le gâteau, vu le prix des places, ce n’est que mieux, mais on ne peut pas leur demander de décrocher la lune à chaque rencontre. Reste à en tirer les leçons d’une manière intelligente pour que cette défaite soit utile. Mais je suis confiant car lorsqu’un groupe sort avec zéro point d’un tel match, (ce qui ne lui était pas arrivé depuis le 25 Janvier…) le ressort se remonte tout seul.

Leur président, allumé par le notre, a remis sa couche sur le « salary cap » en démontrant son ignorance du règlement de la Ligue sur ce sujet et celui des maillots non réglementaires que ses joueurs portaient.
J’avoue que ces éternelles passes d’armes ne me font même plus sourire et que je suis persuadé que quelque part ces élucubrations nuisent à l’image du club, lequel n’a pas besoin de ça. C’est dur à dire mais dans notre pays, malheur à celui qui a raison trop tôt et surtout avant les autres et particulièrement dans ce milieu très conservateur que sont les instances du rugby.
Cette rencontre, montée en épingle par une certaine presse et des déclarations tapageuses des deux cotés, a été un gros match de rugby, ce qui n’est déjà pas si mal.
Il est navrant de constater la méthode racoleuse par la bible jaune pour vendre du papier dans son numéro de la semaine dernière : en couverture on trouve bien en évidence un carré intitulé : « Cheika : Toulon c’est du rugby fiction », pour préciser en page 26 : « Cheika, en contact avec Toulon, c’est du rugby fiction ».

Sur la place Besagne la conversation, après avoir refait le match que nous avons d’ailleurs finalement gagné, s’est orienté sur le carton rouge reçu par Yves du Manoir à Montpellier et les supporteurs Toulonnais ont été d’accord pour estimer que la presse avait été très discrète sur cette affaire. Imaginons un instant Mayol débaptisé au profit de Boudjellal. La place Besagne serait en feu et les rédactions en ébullition. Curieusement ce changement de patronyme dans la république autonome de l’Hérault n’a gêné personne.
Pour clore ce chapitre parisien rien de mieux que d’écouter RCL (radio cours Lafayette), la conclusion est limpide : « on fait des fautes, les autres jamais, on joue au rugby, les autres au football-rugby, et surtout qu’attendre d’un arbitre Agenais ? ».

Cette semaine est celle de la rentrée scolaire avec sa millième réforme pondue par un ministre qui voulait laisser une trace, mais avec une originalité : le ministre de l’éducation nationale ne l’a été que pendant les vacances. Quel rapport avec le rugby ?
La patrie de ce sport que certains qualifient de sport-roi ne connait pas ce genre de problème depuis des siècles. Le sport est intégré dans le système éducatif des jeunes Anglais qui bénéficient depuis la nuit des temps d’un mi-temps pédagogique et il faut bien reconnaitre que ces gens, que nous critiquons si facilement, sont bien plus organisés que nos gouvernants successifs.
Le rugby universitaire occupe une place très importante et tous les férus de rugby connaissent la rencontre phare Oxford-Cambridge qui se joue à Twickenham à guichets fermés. Un célèbre barbu Toulonnais (avec un bandeau rouge) a joliment écrit que « chez nous aussi les rencontres universitaires se jouent à guichets fermés…mais parce qu’ils ne sont pas ouverts ».
En Nouvelle-Zélande les enfants pratiquent le rugby tout au long de leur scolarité et le prof de rugby n’est pas le prof d’éducation physique, le rugby est considéré comme une matière digne des autres. Ceci peut (peut être) expliquer cela. La culture rugbystique ne fait surement pas gagner un match, mais l’ignorance peut contribuer à le faire perdre.

Ceci étant et n’ayant pas le pouvoir de refaire le monde, ovale ou pas, samedi c’est BB qui vient nous rendre visite à Mayol et ils viennent de se faire étriller dans les Alpes.
Comme le notre (BB) est toujours chez lui, j’espère qu’il ne manquera pas trop pour calmer les ardeurs des Bordelais qui vont être remontés comme des coucous.
En parlant de BB, en fins connaisseurs qu’ils sont, je suis persuadé que les supporteurs seront d’accord pour lui souhaiter un bon anniversaire à St Trop. Pour les hésitants, qu’ils feuillettent son album photos, ils changeront vite d’avis devant les images…


Besagne le 05 septembre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 12.09.14 12:49

C’EST LA FAUTE AU PRESIDENT…


Ainsi donc ce match de samedi dernier a été ce que l’on nomme une bouillie de rugby. Les raisons ? Sans doute nombreuses et variées, au choix :
Jouer 5 points avant d’être certain d’en gagner 4, un adversaire électrisé par le standing du RCT et certainement remonté vu sa prestation précédente, un arbitre plus que laxiste à qui il faut 12 fautes en quarante trois minutes pour sortir une biscotte, un record européen des fautes de mains, etc. etc. sans oublier l’effet « Méné » sur l’essai refusé .
On peut y ajouter une charnière qui grince pour des tas de raisons, conséquence directe, l’équipe complète en fait autant, corollaire immédiat certains joueurs sont tétanisés et ne font plus rien, d’autres veulent sauver la patrie en solo. J’avoue avoir éprouvé ce sentiment désagréable que personne ne pouvait redresser la barre, pas de ligne directrice, pas de chef de meute, comme un goût de bouchon (c’était inévitable), et là intervient une donnée que l’on a tendance à oublier :
C’est notre première saison sans Sir Wilko, c'est-à-dire que nos adversaires qui partaient avec un handicap en moyenne de quinze points ont changé leur façon de jouer contre nous. La musique n’est plus la même et la partition non plus.

Contrairement à beaucoup (c’est souvent mon cas) je ne compare pas le contenu de cette rencontre à celle contre Grenoble car contre les Isérois c’est nous seuls qui, en ne tentant pas une pénalité (qui d’ailleurs les prive du point de bonus), nous sommes mis à la merci d’une Cardonnade. J’ai trouvé beaucoup plus de similitudes avec le RCT-USAP du mois de novembre dernier au cours duquel nous avions été là aussi incapables de profiter des périodes de supériorité numérique, et où le festival de mauvais choix et de mauvais goût avait été impressionnant.
Bien sur c’est le fantôme de Grenoble qui a plané en fin de match et on peut remercier leur ailier (international) d’une décision pour le moins incongrue sur l’action de la gagne.
Reste à savoir pourquoi.
Chacun connait l’affection de notre président pour les grands crus de Bordeaux et peut être quelques effluves ont-elles embrumé le cerveau des Rouge et Noir ? Les adversaires du jour ont-ils oublié quelques bonnes bouteilles dans les vestiaires ? Je plaisante bien sur mais il faut bien trouver un semblant d’explication à cette orgie de fautes de mains qui tuent dans l’œuf l’essence même du jeu de rugby : la passe.
La passe est l’âme de ce jeu, c’est le don de soi à un partenaire et qu’elle soit vissée, croisée, rectiligne ou en cloche, le principal c’est qu’elle soit juste et que la balle arrive à destination.

C’est donc la faute au président et à ses préférences en matière de grands vins de Bordeaux!

Sur la place Besagne les supporteurs philosophes ont été clairs une fois l’arbitre habillé pour l’hiver, le ballon glissant lacéré et les Bordelais hors-jeu jetés dans le port, d’une seule voix ils ont déclaré catégoriques : on préfère une piètre victoire qu’une splendide défaite.
Quant aux siffleurs de fin de match qu’ils prennent un abonnement à l’OM. Ces gens là se sentent ils si irréprochables que cela dans leur travail ? Sont-ils certain d’être toujours au top ? Bien sur jouer au rugby n’est pas un boulot comme un autre mais c’est devenu un métier avec tous les aléas que cela comporte.

Hasard sans doute de l’actualité, la bible jaune consacre plusieurs pages sur le french-flair plus ou moins porté disparu, et se pâme sur l’intervention des techniciens Bordelais, l’un d’entre eux n’hésitant pas à affirmer, je cite : « Quand je vois jouer l’UBB, je vois des choses dans l’initiative, la créativité ». J’espère qu’il a vu samedi soir son effectif faire une faute toutes les quatre minutes pendant tout le match pour ne pas repartir les valises pleines et il va avoir du travail pour déceler un centilitre de french-flair sur la dernière action.
Je suis par contre d’accord avec celui qui trouve anormal le nombre de remplaçants car, comme il le souligne justement, le rugby c’est aussi un jeu d’usure et il est ridicule de pouvoir changer un pilier tordu par son adversaire pour lui en proposer un tout frais. Très justement il compare un match de rugby à un combat de boxe durant lequel il ne vient à l’idée de personne de changer de boxeur presque ko.

Cette dernière journée a été le théâtre de plusieurs phénomènes avant, pendant et surtout après les rencontres : un Clermontois tabassé après une sortie en boite (encore), le fou furieux du Racing qui hurle tout le match dans la plus parfaite illégalité, et enfin une générale dans le couloir du stade de Lyon. Attendons les sanctions pour « atteinte à l’intérêt supérieur du rugby ».
Le dernier point que j’ai retenu c’est la généralisation gonflante du « ici ici c’est » et à un ami qui me demandait pour quelle raison cette manifestation n’avait pas lieu à Mayol, j’ai du parfaire son éducation rugbystique en lui disant que notre stade était le seul d’Ovalie qui ne nécessitait en aucune manière cette ridicule précision géographique.

Dimanche matin ce même copain me demandant si j’avais bien dormi après ce match, a été surpris de ma réponse : non, je n’ai pas bien dormi car j’ai rêvé que je n’avais pas déclaré mes impôts et que les services fiscaux me tombaient dessus comme la misère sur le bas-clergé.
Heureusement en ouvrant les yeux sur mon avis d’imposition tout s’éclaira et en plus j’étais certain de ne pas être ministre. Ouf.

Mais ce scandale du énième élu fraudeur a eu « l’avantage » de me rappeler l’affaire du trésorier de la FFR et des magouilles sur la billetterie. Scandale sur lequel les garants de l’intérêt supérieur du rugby ont déposé pudiquement un couvercle pesant une tonne.

Ceci étant si quelques uns d’entre vous à la lecture de ces lignes pensent « merci pour ce moment », c’est déjà bien.


Besagne le 12 septembre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 18.09.14 16:42

CE N’EST PAS LE PIED…


L’épisode du mois de Janvier dernier s’est donc reproduit en septembre.
Il n’y a plus de saison.
Nous avons tous constaté que l’été est arrivé avec beaucoup de retard à l’allumage, qu’il fait plus chaud début septembre qu’en plein mois de juillet et qu’on se trempe volontiers au Lido ce qui n’était pas le cas depuis quelques semaines.
J’ai été oiseau de mauvais augure dans la dernière place Besagne en évoquant la secousse engendrée par la retraite de Sir et l’impact sur l’approche du jeu de nos adversaires. Hélas le mauvais résultat ne s’est pas fait attendre.
Bien entendu il est hors de question de fusiller les buteurs successifs de samedi bien que, comme le souligne le boss, il y a des tentatives de pénalités qui peuvent être manquées et d’autres beaucoup moins. Notre entame me préoccupe plus car en étant en possession du ballon il nous faut vingt minutes pour rentrer dans les 22 parisiens, nous sommes secoués à l’impact et le match démarre ainsi sur de mauvaises bases. La désagréable impression que j’avais eu lors du dernier match s’est malheureusement confirmée : pas de chef de meute, pas de schéma directeur, de l’envie certes mais cela ne suffit pas. Pas question cependant d’incriminer le capitaine qui a plus que payé de sa personne en descendant d’un cran en mêlée, en plaquant et même en contrant un drop…action qui aboutit à un essai.
En ce moment nous ne sommes plus « Rouge et Noir » mais « Noir et Noir ». Les blessés le sont plus longtemps que prévu, les blessures s’accumulent, les rebonds sont défavorables, l’arbitre demande la vidéo quand elle est inutile et la refuse sur une suspicion d’en-avant, nos buteurs se trouent et le blondinet disjoncte lors de sa rentrée et surtout sur la dernière action. Avoir la prétention de gagner en laissant vingt points en route est parfaitement utopique pour toutes les équipes du Top 14.
Comme souvent dans ces cas là les adversaires sont sur un nuage et ont une réussite insolente, cela fait partie du jeu. Ceci dit en étant moyen (5 points sur 10) nous sommes toujours sur le podium, reste la pilule de perdre à la maison mais c’est comme ça.
Ce n’est pas le pied.
Le public a eu, contrairement au dernier match, une attitude digne et c’est très réconfortant de voir un stade plein de « supports-terre », celle de Mayol, que d’entendre siffler des spectateurs qui viennent au cirque. Parrain Félix n’a pas eu à faire les gros yeux…sauf peut être au président Parisien qui était persuadé à la fin du match d’être champion de France et d’Europe.

Lundi, sur la place Besagne, les spécialistes et experts locaux dissertaient sur les évènements de notre Ovalie : les deux entraineurs du Racing n’ont toujours pas compris que si leurs joueurs sont en Bleu et Blanc ils ne sont plus à Castres à l’abri du parasol de la ligue. Ils se lamentent à longueur d’article dans la bible jaune sur la manière dont leur club est arbitré. Cela est du à un manque d’habitude certain.
Autre sujet de conversation : l’équipe de France et la constitution du groupe des joueurs potentiellement sélectionnables avec, ô surprise, pas moins de dix étrangers. J’attends avec une grande impatience les cris et autres hurlements d’effroi de tous les journalistes, entraineurs, spécialistes et experts qui étaient littéralement en transe sur ce sujet lorsqu’il s’agissait des étrangers du Rugby Club Toulonnais.
Personnellement cela ne me gêne pas car, contrairement à ce que l’on croit, on ne joue pas pour son pays mais pour sa fédération et qui ne connait pas depuis la nuit des temps les magouilles de la perfide Albion qui trouve toujours une arrière grand-mère à un joueur « intéressant » pour qu’il devienne plus Anglais que la reine mère.
Quant aux maitres de la planète ovale, personne ne trouve à redire lorsqu’ils sélectionnent sous le maillot All-Black bon nombre de Polynésiens qu’ils soient Tongiens, Samoans et autres Fidjiens.

Une pensée émue pour ce journaliste qui avait osé écrire avant un Bourgoin Toulon : « c’est la légion étrangère contre l’armée de la résistance ».

Puisque nous sommes dans l’international, cette fin de semaine se déroulait la demi-finale de la coupe Davis à Roland Garros. Le tennis est un sport très particulier car il peut se pratiquer en simple, en double et même en double mixte. C’est sans doute le seul sport ou les dimensions du terrain changent en fonction du nombre de joueurs. Mais c’est aussi le sport ou l’on peut rencontrer l’équipe de Suisse deux fois. D’abord les représentants Helvétiques, ensuite des joueurs domiciliés dans la confédération pour des raisons de réductions fiscales. La finale opposera donc la Suisse à un groupe de Français résidents en Suisse.
Alors je vous avoue que de voir ces gens s’agiter avec le drapeau national et hurler la Marseillaise me fait sourire. Prétendre représenter son pays lorsqu’on le fuit pour du pognon, c’est (pour moi) intolérable, mais on ne me demande pas mon avis.

Il est vrai que l’exemple vient d’en haut.

Une blague prétend que l’un de nos ex ministres pris en flagrant délit de comptes bancaires (qui n’étaient pas en chocolat), s’était trompé en prenant le drapeau Helvète pour celui de la croix rouge et pensait faire des dons…
L’autre particularité de cette rencontre réside dans le fait que les deux équipes vont donc jouer à l’extérieur et que le président Suisse du Racing pourra supporter les deux finalistes selon l’évolution du score.
Etant skieur depuis longtemps je comprends aisément que ces sportifs aiment contempler les sommets enneigés, à moins que ce ne soit l’air pur qui circule dans les couloirs feutrés du secret bancaire.

Besagne le 18 septembre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Laurent le 18.09.14 19:56

Merci à Loubière pour ces moments ... Que l'on retrouve ici sur le blog (http://lesfilsdebesagne.fr) et qui vous sont annoncés à chaque publication sur le tweeter de l'asso.
avatar
Laurent
Administrateur

Messages : 1169
Date d'inscription : 21/10/2007
Localisation : Je suis où je veux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 26.09.14 18:20

HECATOMBE

Parmi les chansons de Brassens, celle intitulé "hécatombe" raconte une splendide "générale" sur le marché de Brive-la-gaillarde.
Vendredi dernier, les locaux ont confondu la place du marché et le terrain de rugby, confortés par les résultats obtenus par cette attitude lors de la saison dernière. Ils avaient cependant occulté une donnée essentielle dans les gênes du RCT : la mémoire.
Il y a quelques décennies le grand Lourdes s'était laissé aller sur sa pelouse à des gestes qui n'étaient pas catholiques et avaient surtout oublié qu'il y a toujours un match retour. A cette occasion, notre demi de mélée et dentiste avait déclaré : "on ne joue pas avec Toulon".

Leur paquet d'avants avait été propulsé sur le port et Lourdes était reparti avec les valises...lourdes.

Après avoir mis des cierges pour que le terrain soit transformé en piscine, après avoir essayé l'intimidation dans le couloir, après avoir déclaré que ci et que ça, le groupe leader du Top 14 en matière de cartons a encore essayé de remonter le temps et de la jouer "rétro". Mais pendant 25 minutes et à égalité numérique, ils ont été scotchés dans leur camp par les avants du RCT et c'est bien là que le match s'est gagné.

Avant de voir rouge, ils ont vu "Rouge et Noir".

Le RCT a été intelligent à tous les étages : le staff en laissant au repos notre talonneur qui avait disjoncté, les joueurs en ne répondant pas aux provocations grossières, le groupe en continuant à jouer collectif une fois la victoire acquise ce qui n'était pas le plus facile à réaliser. Le deuxième acte a été un festival d'art (rugbystique) et d'essais.
Le directeur de jeu a été impérial en deux occasions dans la même minute et surréaliste sur l'essai de Brive. Ne parlons pas du vidéo-arbitre qui devait être en pleine digestion. Cet essai est à classer dans l'exception culturelle de notre Ovalie, ce qui a fait dire au spécialiste et papa d'un entraîneur de Toulouse "que peu d'équipe marque quatre essais en une mi-temps (ce qui voulait dire que le premier était valable contrairement à celui des Corréziens) et heureusement que l'arbitre a rééquilibré le score". Pas de commentaire.
Vendredi dernier le RCT a fait son marché à Brive et je ne résiste pas à la tentation de conclure ce chapitre en citant Brassens :

"ils tombent, tombent, tombent
Et, selon les avis compétents
Il parait que cette hécatombe
Fut la plus belle de tous les temps."

Lundi sur la Place Besagne, les Fils de Besagne, Mordus, Bulls, Z'Accrau et autres Fadas étaient aux anges, contrairement à la semaine précédente. En exagérant à peine, tous avaient pronostiqué ce résultat en vertu des grands principes et surtout des grand sentiments. Le plus important étant que ces cinq points plus le message adressé aux autres ont transformé cette expédition à priori complexe chez le Duc, en une remarquable affaire pour le RCT.

L'autre sujet de conversation était le retour médiatique de Zorro en politique, le hic c'est que les alternatives proposées pour résoudre les innombrables problèmes du commun des mortels n'ont convaincu personne et pour cause :
Avant il y avait : Nicolas, Dominique, Jean-François, Alain et les autres, après on nous propose : Alain, Dominique, Jean-François, Nicolas et les autres.
Avant il fallait que vous ou moi fassions des efforts parce que c'était la crise, après il faut que nous fassions des efforts parce que c'est la crise.
L'un des participants à la discussion faisait remarquer que, selon les chiffres officiels, les plus riches le sont de plus en plus, les plus pauvres aussi, mais bon, c'est la crise.

Autant revenir sur un sujet plus proche de la Place Besagne : samedi l'homme au scooter débarque à Mayol. Il se murmure que certains de ses cadres seraient au repos pour des tas de raisons, attention car les exemples de joueurs au repos et finalement sur le terrain sont nombreux et surtout rien n'est plus dangereux pour la tête que d'être persuadé de jouer une équipe soi-disant bis. Les exemples de la saison dernière (Bayonne, Biarritz, Usap) sont encore d'actualité.

Alors comme on dit chez nous : mèfi et prenons le match par le bon bout.

Besagne, le 26 septembre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par ange le 26.09.14 18:33

Un véritable plaisir de retrouver cette prose chaque semaine!!!
avatar
ange

Messages : 201
Date d'inscription : 31/08/2008
Age : 71
Localisation : la garde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 03.10.14 13:41

SEISME EN OVALIE.


Cette journée du Top 14 est sismique car, de mémoire, voir deux représentants du Sud-ouest de ce calibre en position de reléguables est sans doute historique.
Il faut remonter plus d’un demi siècle pour retrouver une série de cinq défaites consécutives du Stade Toulousain, chacun peut avoir son opinion sur les raisons de cette situation, chacun peut dire la sienne et tout le monde peut prétendre avoir la solution adéquate et miraculeuse. Comme souvent dans ces cas là rien ne cadre et cela est valable en ce moment pour les Rouge et Noir de la Garonne. C’est nouveau pour notre parrain : il est dans une situation inédite et il découvre ce qui arrive aux « petits », à tout point de vue et y compris sur le point spécifique de l’arbitrage, dernier refuge des uns et des autres en désespoir de cause.
Le monument s’effrite pourtant depuis plusieurs saisons et si leur dernier titre avait sauvé les apparences, il suffisait de gratter un peu pour s’apercevoir que le mal était un peu plus profond.
Il est curieux de constater les réactions des dirigeants, des joueurs, des supporteurs et du manager général. Les joueurs sont cantonnés dans la langue de bois, les dirigeants sont muets, le manager ne veut pas reconnaître que l’usure du pouvoir est là. Il adopte un comportement de politicien s’accrochant désespérément et je trouve dommage que la très longue histoire de ce technicien hors pair risque de se terminer d’une manière peu en rapport avec son œuvre sur un quart de siècle. Les nouveaux supporteurs spectateurs ont un comportement d’enfants gâtés qui ont découvert le rugby à travers la chaîne cryptée et dans une période rose comme la ville.
Nous sommes bien placés pour comprendre dans quel état d’esprit tous doivent être et je leur souhaite de se redresser, mais s’il pouvait commencer après notre venue ce ne serait que mieux.
Reste un dernier point : celui de la démonstration vidéo du gourou de la Garonne avec en prime les déclarations chocs : « contrat sur le Stade et les charlots que l’on place autour du terrain ». De combien de matchs de suspension va-t-il écoper dans le cadre du « new deal » de la LNR mis en place au début de la saison. Va-t-on ressortir le célèbre « atteinte à l’intérêt du rugby » ?

La dernière rencontre à Mayol a été un festival offensif des deux côtés et l’homme au scooter s’est peut-être mordu les doigts d’avoir mis ses cadres au repos car vu le score à la pause tout était possible. Il est regrettable que la gestion imposée du temps des joueurs par la fédé en arrive à transformer des sommets en collines. Seul le tarif des places ne suit pas la même courbe car, tout le monde le reconnaît maintenant, des prétendus « matchs de la saison » n’ont jamais lieu sinon sous la plume des journalistes. Il faut attendre les matchs couperets. Cela dit la prestation des Rouge et Noir a atteint par moment des hauteurs de jeu comme jamais (un grand merci au sélectionneur Australien) et nous avons même participé à la journée du patrimoine avec opération « portes ouvertes » quelques secondes avant les citrons.

Sur la place Besagne pour une fois calme et sereine c’est l’équipe nationale qui alimente les conversations.
Le sélectionneur des Bleus s’est régalé avec le RCT en lui permettant de pulvériser le nombre de ses joueurs convoqués. Je ne résiste pas à avoir une pensée pour tous ces journalistes, experts, spécialistes et autres présidents de clubs qui ont fait des déclarations tonitruantes et qui sonnent bien creux aujourd’hui.
Les mercenaires Toulonnais en sauveurs de la patrie en danger il fallait y croire pour en arriver là et notre président doit bien rigoler en lisant certaines opinions dont celle du président de la ligue. Il est bien connu que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, certains doivent avoir les adducteurs en feu vu le grand écart qu’ils ont du faire.

Vendredi nous allons dans les montagnes du haut Bugey pour rencontrer d’autres Rouge et Noir. La qualité de la réception ne fait aucun doute et il va falloir répondre présent pour éviter une déconvenue qui ferait mauvais effet. C’est l’occasion de saluer Joe El Abd exemplaire Rouge et Noir pendant trois saisons sur le terrain et en dehors. Le meilleur hommage serait de considérer ce match comme capital.

Dans quelques jours la « nuit du rugby » va avoir lieu. Il y a un an les organisateurs de cette cérémonie avait « oublié » le titre Européen du RCT et une fois l’absence de celui constatée, une sorte de rattrapage avait eu lieu ce qui avait prodigieusement agacé les instances du club, le cours Lafayette et la place Besagne. La réaction avait été à la hauteur et cela avait permis à certains présents (joueurs, présidents, entraineurs) de siffler le Rugby Club Toulonnais…en l’absence de ses représentants.
Gageons que les mêmes cette année vont applaudir des deux mains le meilleur joueur du Top 14 qui est Toulonnais obligatoirement.

Mes racines m’incitent à leur lancer un « pace e salute a tutti »…parce que Toulon !

Besagne le 03 octobre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 10.10.14 16:43

IMPASSE, BOULEVARD, TAPIS ROUGE.


Impasse.
Expression très courue dans le milieu étudiant et qui consiste à négliger une matière en espérant être interrogé sur celle que l’on a révisée…
Depuis plusieurs saisons il est courant qu’à certains moments des clubs se déplacent avec l’équipe bis ou selon la formule plus diplomatique « font tourner ». Cette situation est engendrée par plusieurs facteurs : la multiplication des matchs, les quotas pour les internationaux, les quotas pour les Jiff, les blessures, le calendrier et surtout le classement.
La position du club et le lieu de la rencontre sont déterminants car il semble impensable de faire l’impasse d’un match à la maison et il faut donc cibler les rencontres que l’on brade sans aucun respect pour le sport en général et le cochon de payant. Si certains se réjouissent de ces simulacres de rencontres j’avoue que je préfère un bon match accroché et une belle victoire (avec bonus offensif bien entendu) que les démonstrations de cette dernière journée où le 51 a coulé à flots dans le sud-ouest. De plus je suis persuadé que ces matchs exhibitions font plus de mal que de bien au groupe.

Le coup d’envoi de la dernière journée a été donné par les « spécialistes rugby » qui pour l’occasion avaient invité le DTN adjoint de l’arbitrage. Bien entendu celui-ci a été sollicité pour expliquer les essais « douteux » du RCT contre Montpellier (pourvu qu’un effet rétro ne sorte pas des tiroirs) et ce monsieur s’est retrouvé dans ses petits souliers lorsqu’on lui a demandé de commenter les propos du gourou de la Garonne sur les arbitres. Car le but de la manœuvre était bien celui-là : Toulouse est reléguable, est ce la faute des arbitres ?
Cela explique peut être que sur l’essai toulousain il ne vient à personne l’idée de demander la vidéo pour examiner la dernière passe qui était sans doute « à hauteur ».
Ou alors il était inutile de poser la question.

Vendredi soir le RCT, montant de la mer vers la montagne à l’assaut des grands sommets tout blancs, s’en est allé cueillir quatre points contre des Rouge et Noir plaqués or.
Sur la place Besagne, les supporteurs se sont retrouvés avec le sourire et la satisfaction du résultat. Leur analyse de la rencontre a été limpide et l’ancien demi de mêlée d’Agen qui a eu cette belle formule « à défaut de maîtriser son jeu Toulon maîtrise son adversaire » a pour une fois trouvé des Toulonnais d’accord avec lui.
Le seul moment dangereux pour nos couleurs a été le début de la seconde période lorsque notre capitaine leur a rendu des ballons au pied car, qu’on le veuille où non, les gens du haut Bugey n’ont aperçu notre ligne de but qu’avec des jumelles.
Certes ce match n’a pas été un monument, mais le rugby ce n’est pas le patinage sur glace et il n’y a pas de note artistique.
Leur bouillant entraîneur a beau prétendre que « la victoire ne devait jamais nous échapper » je trouve que c’est un raccourci facile car la victoire du RCT est celle du cerveau, celle de la réflexion sur le pré, celle de la gestion. Et tant mieux que la tête soit l’élément le plus important.
Leur troisième ligne leur coûte le match ? Qu’il ne se plaigne pas car on a vu des cartons d’une autre couleur pour cet attentat.
Cette troisième victoire dehors nous ouvre un boulevard et en cas de bon résultat chez notre parrain, nous aurions tous l’esprit tranquille à la fin de ce premier tiers du top 14 et avant d’attaquer la campagne européenne.

Ce week-end a été marqué par deux faits importants : l’Argentine a fait danser le tango à l’Australie pour la première fois; l’autre surprise c’est cette nouvelle règle que je ne pensais pas être en vigueur dans l’hémisphère sud et qui donne la possibilité à un joueur de demander la vidéo. C’est pourtant bien ce que j’ai cru voir dans les dernières minutes du match Bocks Blacks et si la faute est indiscutable, elle n’en reste pas moins non signalée en direct. C’est sous la pression des joueurs et des images que le score change avec une providentielle pénalité de la gagne. Je pense que l’avenir est bien le pouvoir officiel offert aux deux capitaines de demander la vidéo. Une fois par période parait raisonnable et si le joker est grillé à tort, plus de possibilité.

Le syndicat des joueurs change de président. Comme l’a souligné le sortant « dans le new deal de la ligue il y a tout …sauf les joueurs ». Il est vrai que la représentation en siège des joueurs se résume à 1 sur 18 et à …zéro à la FFR.
L’avantage du nouveau président est qu’il est encore en exercice sur les terrains. Les gros pardessus ne pourront pas lui reprocher de ne pas savoir de quoi il parle.
La commission de discipline auditionnait mercredi dernier le gourou de la Garonne, l’homme au scooter et monsieur Isabelle. Les sanctions sont effrayantes…un match de suspension, y compris pour le carton rouge. Mais où sont les juges de l’affaire Hayman et Tillous Bordes, tous deux mis au placard sans avoir reçu un carton jaune ? Y aurait il deux poids et quinze mesures ?

Comme prévu, la nuit du rugby nous a déroulé le tapis rouge, ce n’est que justice et de toutes les façons ces messieurs n’avaient pas le choix...

Besagne le 10 octobre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Titony le 10.10.14 20:46

J'aime cette approche des choses et certaines expressions sont justes grandioses!
avatar
Titony
Administrateur

Messages : 676
Date d'inscription : 07/06/2008
Age : 37
Localisation : Claret Beach

Voir le profil de l'utilisateur http://antonio-delasantacrutcha.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par ange le 10.10.14 21:19

L'art de dire des choses justes agrémentées d'un humour discret et pourtant décapant! Bravo!
avatar
ange

Messages : 201
Date d'inscription : 31/08/2008
Age : 71
Localisation : la garde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 16.10.14 21:10

C’ETAIT ECRIT.


Il ne fallait pas être un grand expert pour savoir que cette rencontre avec notre parrain possédait toutes les garanties d’un match piège.
Le classement de Toulouse, les déclarations des uns et des autres, le gourou au placard, la presse, des retours dans leur effectif et l’élément le plus important : le RCT.
Nous savons tous que contre nos Rouge et Noir les adversaires feront le match de la saison. Pas besoin de surmotivation, jouer contre Toulon est amplement suffisant et cela est normal car cette attitude est engendrée par notre statut qui impose le respect et la « crainte ».
Toulouse n’avait pas d’autre choix que de gagner, mais avait l’avantage de nous recevoir car la pression aurait été insoutenable contre un club moins huppé que Toulon. Toulouse se devait de gagner mais le poids du RCT permettait une sortie honorable en cas de défaite.
Et si l’envie suffit rarement, il faut bien reconnaître qu’ils ont mis les ingrédients nécessaires dans tous les compartiments du jeu pendant cinquante minutes. Dans ces conditions il est inutile de rêver pour nos couleurs lorsque le match débute à 21/0 et qu’il reste une demi-heure de jeu.
Apporter des réponses appartient aux entraîneurs et aux joueurs car, comme le staff l’a souligné, le plus gênant c’est bien le comportement de certains. Peut-être ne connaissaient-ils pas le monument que représente ce club qui est, qu’on le veuille ou pas, une légende et qui ne pouvait pas se laisser aller contre le champion de France et double champion d’Europe. Avaient-ils la tête ailleurs ? Pour une fois le proverbe a été faux : les absents ont eu raison et il va être compliqué de prendre leurs places.
Dimanche soir Toulouse aurait battu n’importe quel autre club du Top 14 et il faut reconnaître la qualité de leur engagement et de leur jeu. Toulon bousculé et maladroit redevient une équipe « normale » même si on pouvait espérer mieux en fin de match. On appellera ça une bonne piqûre de rappel, ça n’a jamais fait de mal à personne surtout avant d’attaquer les matchs européens.
C’est dommage d’avoir été à côté de la plaque la semaine où celles de l’avenue des légendes sont installées…

Sur la place Besagne les supporteurs naviguent entre colère et espoir. Colère car s’il y a un endroit de notre Ovalie où l’on n’aime pas du tout, mais vraiment pas du tout ce comportement amorphe lors de la première période, c’est bien chez nous. On veut bien que Toulon perde, pas trop souvent non plus, mais en sortant du terrain à quatre pattes et en ayant fait honneur au maillot. Et ça ne doit pas commencer à une demi-heure de la fin. Un Rouge et Noir ne prend pas de temps partiel, il se donne à bloc.
Espoir car il faut bien reconnaître que notre situation est satisfaisante et que beaucoup de clubs aimeraient être à notre place.
Sur RCL (radio cours Lafayette) certaines ne se sont pas gênées pour reconnaître que si notre première période était indigne, au moment de notre réveil le préposé au sifflet ne nous a pas fait de cadeau. Avait-il vu la brillante démonstration vidéo du gourou la semaine dernière ? Mais tout le monde le sait sur RCL il n’ y a que des mauvaises langues.

Dimanche débute à Mayol la campagne européenne avec une rencontre contre des Gallois. Gageons que l’ambiance va être très « rugby » autour du temple. Contrairement aux promesses, nous avons appris qu’un match de plus se jouerait à Nice…en attendant la suite. La statistique est pourtant claire : le RCT n’a jamais perdu un match européen au stade Mayol. Bien sur cela n’est pas une garantie absolue mais je fais partie de ceux qui sont persuadés que la « Mayolaise » pèse sur les débats et dans les têtes lors d’un match au couteau.

Il se confirme que pendant la coupe du monde plusieurs journées de Top 14 vont avoir lieu, tout comme pendant le tournoi des six nations. Avec les doublons vrais et faux, les délocalisations, les quotas, les jiff, les stages, les interdictions, la finale à Barcelone, Toulouse-Toulon à 21h, Toulon-Grenoble à 13h, pas de doute on voit bien que nous en sommes à vingt ans de rugby pro et que les gros pardessus oeuvrent efficacement pour l’intérêt supérieur du rugby.

Autre info : l’ancien Rouge et Noir George Smith commentant son passage chez nous déclare « à Toulon les gars aiment être entre eux et les fans sont très passionnés, ils aiment vraiment leur club ». Cet hommage venant d’un extra-terrestre du jeu de rugby fait chaud au cœur des supporteurs. Sur la place Besagne il a laissé le souvenir d’un joueur qui pouvait changer le cours d’un match, changer de poste pendant le match, avoir cette gracieuse fluidité dans la gestuelle, une vision du jeu panoramique et donner l’impression que plusieurs numéros 6 étaient sur le terrain tant sa couverture était immense. Tout cela accompagné d’un gentleman.
Il va venir avec son club à Mayol, en Rouge et Noir et quelques jours avant la Noël. Le voir évoluer sera un beau cadeau.

Pour terminer enfin une bonne nouvelle de nos gouvernants : la taxe sur les très très hauts salaires va être supprimée. Ouf! par ces temps de crise ça fait du bien de pouvoir respirer un peu plus aisément.


Besagne le 16 octobre 2014


PS : Bon anniversaire à Thomas et à Fred Michalak

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 24.10.14 16:06

ILS SONT PENIBLES ? ON LE SAVAIT.

Cette équipe des Scarlets s’est comportée dans la plus pure tradition Galloise : accrocheuse, rugueuse, des blessés à discrétion pour récupérer, joueuse et efficace. On a vu que leur ligne de trois-quarts était composée de quatre Usain Bolt étant donné la rapidité de leurs montées défensives, que leur mêlée pouvait être propulsée à la hauteur de la loge de parrain Félix sans que cela perturbe l’arbitre Anglais.
On a vu aussi un RCT jouant cinq points avant d’en assurer quatre, se laissant embrouiller au sol par des mains baladeuses sur le ballon et s’entêtant à jouer au large devant des joueurs distribuant des cartouches avec un plaisir évident.
Cette équipe a été vaillante jusqu’au bout et a su éteindre le feu dans tous les azimuts ce qui semble normal avec un maillot couleur « canadair ».
On a pu penser un moment que notre domination et la chaleur auraient raison de ce groupe mais il avait plus de carburant que prévu. Il est vrai que l’exemple des supporteurs en la matière est impressionnant.
La fin de match a été par moment un mélange de hourra rugby et de beach rugby sans doute à cause de la température estivale. Résultat: certains font la fine bouche lorsque le RCT en coupe d’Europe ne gagne pas par cinquante points d’écart et je ne suis pas de leur avis car à 18/13 tout pouvait arriver…
Les Scarlets ont mis les mains dans le cambouis et il faut reconnaître que repartir « Fanny » est dur pour leurs couleurs.

Sur la place Besagne les supporteurs sont assis entre deux chaises car cette rencontre a été plus compliquée que les médias et les rêveurs le laissaient entendre. C’est vrai aussi qu’il est plus facile d’écrire le scénario après qu’avant le coup d’envoi.
Les Gallois ont toujours été des pénibles, ce qui ne les jamais empêchés de nous sortir des légendes de ce jeu comme Gareth Edwards, JPR Williams,Watkins,Bennett et autre Davies. Chez eux c’est bonnard avec « Williams » et « Davies » la moitié de l’équipe est faite.
Il y a pourtant un domaine où nous sommes battus à plates coutures c’est celui du chant. Ces gens ont cette faculté de bien chanter en choeur et de chanter juste, y compris une fois le match terminé, le tout égayé de drapeaux, de banderoles colorées et surtout en tenant en équilibre un verre éternellement plein.
Heureusement pour ces braves que le préfet du Var n’a pas été contaminé par son collègue des Alpes Maritimes qui, dans une crise de stupidité aigue, avait décrété l’interdiction de tout ce qui avait un rapport avec l’identité Corse lors du match Nice Bastia.

Les services de la préfecture ont du être sous pression ce samedi pour enlever la tête de Maure sur des milliers de plaques de voitures, les autocollants jaunes de la Corsica- ferries sur le pare brise, sans oublier a bandera sur la bouteille d’une boisson anisée…

Pour terminer ce chapitre sur la nouvelle EPCR je me dois de signaler que si le Michelin’s club a (encore) perdu un match qu’il n’a pas su gagner, il n’a aucun souci à se faire pour être représenté sur l’échelle Européenne : le directeur de la nouvelle instance est un ancien président de l’ASM et parmi les trois autres membres du bureau il y a un ….ex président de l’ASM.
Ca peut servir.
Heureusement la bible jaune insiste sur le fait que malgré la défaite le Michelin’s club est le roi des stats. On se console comme on peut.

Quant aux clubs engagés en Challenge Européen le comportement de certains est indigne et comme le souligne un abonné cochon de payant : « les entrées doivent être gratuites désormais».
Le Stade Français devant des Dragons inconnus, l’UBB contre Edimbourg qui se traîne au fond de la ligue Celte, Brive, La Rochelle et d’autres qui baissent le pantalon sous prétexte de faire tourner. Inadmissible.
Et dire que ces gens à la moindre occasion fustigent la politique du RCT, s’épanchent allègrement dans les médias, donnent des leçons et osent parler d’eux comme étant les seuls tenants des véritables valeurs du rugby ! C’est limite grotesque et ils ont sans doute oublié qu’il y a quelques années Agen avait été sanctionné lourdement pour avoir envoyé une équipe de majorettes.

Le dernier match en cours est celui qui a lieu entre les chaînes de télévision. Tout ce joli monde se bagarre dans les tribunaux avec forces recours de part et d’autre concoctés par des équipes d’avocats spécialisés en ayant qu’un seul but : accrocher le maximum de téléspectateurs payants. Attention car le rugby est un sport confidentiel et le portefeuille du plus accro des supporteurs n’est pas un puits sans fond. Surtout par les temps qui courent.
Le comité directeur de la Ligue a accouché d’une longue série de questions sans apporter de réponse. Le lieu des demi-finales ? Le stade de la finale ? Ces messieurs de la famille avaient sans doute l’estomac trop lourd pour prendre des décisions.

Samedi nos Rouge et Noir rencontrent les Irlandais de l’Ulster chez eux. Pas de souci, nous allons avoir une réception digne de notre rang. Ces gens-là ont une solide réputation sur et en dehors du terrain. Il va falloir être présent dés le coup d’envoi et s’y filer sans compter. En un mot un véritable match de rugby en hiver…pour peu que la météo se mette au diapason.

Besagne le 24 octobre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 30.10.14 10:20

ON DIRAIT LE SUD.


L’intendant du RCT avait pris la précaution de mettre le sud en bouteille comme le dit une pub car il savait qu’il valait mieux pour notre jeu une pelouse d’été indien qu’un bourbier à faire pâlir un vieil Ecossais des Highlands. Ce baptême en Irlande du nord contre un club comptant une bonne quinzaine d’internationaux et ayant gagné un nombre incalculable de matchs de coupe d’Europe chez lui en vingt participations se présentait comme un col hors catégorie. Encore fallait il trouver le bon braquet.
Michel, grâce à qui vous lisez ces lignes, m’avait suggéré qu’il allait falloir s’y filer pour éviter « un Ulster à l’estomac », je suis donc allé remplir le mien dans un café pour pouvoir voir ce match.
Expérience inédite pour moi que de regarder une rencontre en face à face avec d’autres supporteurs qui scrutent au dessus des têtes et aux quatre coins des murs où sont installés les écrans. Cela ne gêne en rien au niveau de l’ambiance et certains en oublient, sous le coup de l’émotion, qu’ils ne sont pas dans les tribunes du temple.
Je dois reconnaître que ma dernière expérience en la matière date des années 60, quand le match n’était visible que dans le bar du quartier de la Loubière et que la télé ressemblait à un frigo américain, mais avec un écran grand comme un GPS.
J’ai rarement vécu un match aussi tranquille car dés l’entame tout le monde a compris qui était le patron sur le pré. Je pense que le Rugby Club Toulonnais a rendu une copie quasi parfaite hier avec les ingrédients nécessaires : un huit conquérant, un numéro huit enfin à son niveau, une troisième ligne stratosphérique et comme par hasard les problèmes en touche et autres fautes de main ont disparus du paysage.
Dans cet état d’esprit ce groupe donne une telle impression de force tranquille, d’intelligence dans la gestion du jeu que nos adversaires bien que vaillants doivent avoir mal à la tête pour chercher une solution. L’hommage rendu par le capitaine Irlandais à nos spécialistes du grattage est sincère et j’avoue m’être demandé si la multiplication des écrans n’entraînait pas un effet d’optique sur le numéro 7 car, par instants, j’aurais parié qu’il y en avait plusieurs.
Tout n’avait pas été rose car l’arbitre venait juste de donner le top que notre nouveau papa sortait sur blessure…imité quelques minutes plus tard par le chef d’orchestre. Et là une évidence s’est imposée : le groupe RCT n’est dépendant de personne.
Les spécialistes et autres experts de la « Wilko dépendance », puis de la « Giteau dépendance » en sont pour leur frais. Nous sommes une multinationale au service du brin de muguet, au service du peuple de Besagne et notre force principale réside dans le fait que les changements de joueurs n’interfèrent en rien à la qualité et à l’efficacité de notre jeu.
Samedi dernier en Irlande du nord on a pu chanter « on dirait le sud ».
Où sont donc les mercenaires si décriés, les quolibets et les insultes dont notre président a fait l’objet ? Qu’y a-t-il de plus réjouissant à notre époque de voir des gens de tous horizons se défoncer, prendre des coups, jouer ou faire banquette, mais regarder tous dans la même direction.

J’ai été bluffé par ces chants Irlandais qui montaient des tribunes alors que les locaux avaient 17 points de retard à quelques minutes de la fin et je ne suis pas certain du tout que dans le même cas de figure à Toulon…mais passons. Cela me donne encore plus de regret de ne pas les recevoir pour le match retour à Mayol. Ces gens méritent amplement de connaître le temple.
Dans le même registre comment ne pas souligner le silence d’église lors des tentatives de pénalité de notre buteur. Sur ce chapitre aussi quelques uns ont des progrès à faire.

Sur la place Besagne les supporteurs sont comblés par le résultat et surtout par la manière. Les Rouge et Noir se sont comportés comme les terribles guerriers du Pilou Pilou même si pour une fois ils ont du monter vers la mer.
Cette deuxième journée européenne démontre que le Rouge et le Noir se portent bien car notre parrain (revigoré depuis quelques semaines) est allé prendre un bain de jouvence à Bath, le sud ouest respire mais d’autres représentants de notre Ovalie n’ont pas eu la même réussite.

Des individus au comportement suspect ont été aperçus sur l’avenue des légendes. Renseignement pris ces gens armés d’une loupe ne recherchaient pas autre chose que leur nom en principe gravé sur un minuscule pavé. N’est pas légende qui veut.

J’en termine avec notre prochaine rencontre à Mayol. Dire que l’adversaire rappelle de bien mauvais souvenirs est un doux euphémisme, mais que le patron des arbitres le veuille ou non et contrairement à ses déclarations tonitruantes dans les médias, le désormais célèbre préposé au sifflet du 5 janvier n’a plus mis les pieds chez nous et, sauf erreur de ma part, n’a plus officié comme arbitre du centre en notre présence.
De là à penser que notre manager général n’avait pas tout à fait tort…

Un dernier mot dans lequel je prends la liberté d’être le porte parole des commerçants Corses vendeurs de drapeaux, autocollants et autres supports divers avec la tête de Maure bien en évidence. Grâce au préfet et aux technocrates de la ligue de foot les ventes sont exponentielles en Corse et ailleurs.

Besagne le 27 octobre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 07.11.14 14:39

DANS LE FAR OUEST.


Des obligations familiales m’ont amené à séjourner dans l’ouest de notre Ovalie. Après une halte cassoulet prés de Toulouse (noblesse oblige) c’est donc en bordure de l’océan atlantique que j’ai passé ces derniers jours.
Première préoccupation : rechercher pour le week-end de la toussaint un bistrot avec la chaîne cryptée pour pouvoir espérer visionner nos Rouge et Noir contre qui vous savez. Et là un constat évident s’impose à moi : les pontes et penseurs de la ligue ou de la fédé ont beau prétendre que de faire disputer les phases finales et autres rencontres internationales sur la façade atlantique est une formidable promotion pour faire connaître le rugby, aucun espoir d’apercevoir Mayol sur un écran…un dimanche où toute la région frétille pour une rencontre de footeux, entre Bretons vrais et faux, discussions torrides assurées avec le comptoir pour témoin.

Samedi après midi c’est morne plaine et c’est avec envie que le dimanche matin je me précipite sur la chaîne publique et son émission hebdomadaire…pour voir quelques images et un ancien talonneur international de chez nous s’épancher philosophiquement et déplorer que le rugby français soit aux mains de trois milliardaires dont bien entendu notre président. Que cet ancien grand joueur se lamente qu’à son époque il prenait plus de coups que de pognon je lui concède volontiers, mais bon nos grands parents n’avaient pas de télé, de voiture, d’électro ménager etc. est ce une raison pour mépriser le temps qui passe ?
Ayant demandé son avis à Napoléon installé sur son cheval au beau milieu de la place éponyme, je commence à me faire du souci pour Toulon-Grenoble et j’ai hélas raison.
Je passe donc l’après midi scotché au téléphone, dans le far ouest, mais connecté « avec ceux qui y sont » et bien entendu (ne me parle pas de Grenoble) jusqu’aux citrons c’est l’enfer. Puis tout se décante et même le ciel devient d’un coup tout bleu.

En se week-end de tous les saints seul « saint Cardona » n’était pas vénéré. Ouf.

Dimanche soir, installé confortablement devant la chaîne publique traitant du sport en général et du rugby en particulier je scrute l’écran pour voir le temple et les essais de Rouge et Noir et à ce moment là tilt ! le « spécialiste » explique que la réglementation impose que le compte rendu du Top 14 ne doit pas excéder une minute trente pour les sept matchs. Inutile de préciser que c’est du rapide. Conséquence directe le lundi matin je pulvérise mon record d’investissement dans la bible jaune et comme j’ai tout le temps de la disséquer au scalpel je ne me gêne pas.
J’apprends sous le titre « Toulouse est de retour », que cela soulage tout le sud ouest et que les Rouge et Noir de la Garonne ont déjà gagné à Oyonnax (page 5). Il y a peut être eu un accord secret entre nous et notre parrain.
Je cherche désespérément les stats du match contre les Alpins mais le journaliste, survolté par le lancer de journaux, a certainement balancé sa copie avec.

Reprenant le chemin du retour j’affirme que le nom de village le plus courant dans notre beau pays est « péage », et après avoir gavé les compagnies pétrolières j’ai une pensée pour cet élu (président de la commission des finances à l’assemblée nationale) qui ne savait pas que l’argent d’un héritage était à lui. Après des heures de route j’aperçois enfin le sommet des poteaux de Mayol, ça fait du bien.

Le mien (d’héritage) à mon retour ce sont les feuilles d’imposition qui, par l’éternel miracle des mathématiques modernes, n’augmentent jamais selon la théorie relative des politiques. Donc un plus un égale un.

Demain le RCT se rend à Castres avec la classe biberon pour cause de doublon. Mais bon, j’ai le souvenir du Michelin’s club débarquant à Mayol dans des conditions similaires et tout le monde connaît la suite. Michel me communique un tableau limpide : le RCT est premier dans les catégories espoirs, cadets et crabos. Il semblerait donc que ce club de mercenaires oeuvre également dans la formation. Certains experts vont avoir une digestion difficile.

Les bleus officient donc contre des joueurs qui jouent avec eux la plupart du temps, le maillot a changé de look, pour la manière c’est point d’interrogation.
Un souvenir m’interpelle cependant : qu’en est il de l’enquête sur les magouilles du trésorier de la FFR ? Le couvercle a-t-il été refermé au nom de « l’intérêt supérieur du rugby » ?

Besagne le 07 novembre 2014

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 13.11.14 15:46

LE GROS LOT.



Ce dernier samedi était une véritable orgie rugbystique. Qu’on en juge : douze matchs à visionner entre le Top 14 et les rencontres internationales !
C’est vrai il fallait quatre téléviseurs et autant d’abonnements aux chaînes cryptées pour pouvoir tout voir en direct ou après enregistrements, mais sur la place Besagne le choix avait été évident et coulait de source : cap au sud-ouest.
Les médias spécialisés ont répété mille fois que les locaux étaient des ex champions de France, des finalistes malheureux de la dernière édition, que la tribune était neuve, le club en péril, j’en passe et des meilleures.
C’est donc avec sa classe biberon que le RCT s’est présenté. Dire que le club de l’ex président de la ligue avait tiré le gros lot au tirage du calendrier est un doux euphémisme car pour un groupe reléguable, prendre Toulon évoluant avec le quart de son effectif équivalait à jouer au loto le lendemain du tirage en connaissant les numéros gagnants.
Après une entame correcte nous les avons rendus sereins avec deux opérations portes ouvertes et je suis persuadé que si le score avait été en notre faveur le doute les aurait tétanisé. Le déroulement de ce match prouve, si besoin était, que le jeu de rugby ne tolère pas une trop forte dose de débutants à ce niveau surtout aux fauteuils d’orchestre. Le rugby commence toujours devant et si on peut espérer verrouiller une rencontre lorsque « l’on craint derrière », il est impossible de se cacher là où ça brûle.
Bien entendu il est hors de question d’incriminer nos jeunes qui, n’en doutons pas, auront plus appris en une heure qu’en dix matchs dans leur catégorie d’âge.
Comme souvent dans ces cas là le préposé au sifflet a fermé les yeux sur le club dominateur et j’ai « apprécié » les commentaires du style : « la défense de Castres est peut être hors jeu », « le sauteur Toulonnais est accroché en l’air, l’arbitre ne signale rien » ; plus énervant a été le comportement des deux commentateurs en principe neutres mais qui avaient déjà entamé des recherches pour savoir quand le RCT avait fait Fanny pour la dernière fois et leurs regrets éternels sur la perte du point de bonus offensif des Tarnais avaient quelque chose d’indécent.
J’ai eu peur pendant quelques minutes que le coup de Bordeaux se répète car notre adversaire était euphorique. Le doublé de notre ailier a plombé subitement l’ambiance et calmé l’excitation suspecte des deux préposés au micro. Mais vous l’avez compris ces considérations paranoïaques sortent de Radio Cours Lafayette et ne valent pas grand-chose à côté des pensées hautement philosophiques des experts es-rugby.

Quelques heures plus tard d’autres Toulonnais étaient sous nos yeux et nous avions tous les doigts croisés pour qu’ils ne se blessent pas. Devant une équipe Fidjienne qui a complètement gommé sa culture de rugby champagne (la dernière action du match est révélatrice du talent de ces joueurs) pour se fondre dans le moule de la rigueur, les bleus des bleus ont brillé. Que cela soit suffisant contre les Australiens c’est une autre paire de manches surtout avec de telles lacunes en troisième ligne et un pack secoué par moments.
Des Toulonnais ont perdu, d’autres ont gagné et les plus à plaindre ce sont bien les jardiniers du stade vélodrome qui vont avoir des cadences infernales pour réparer l’outrage des crampons ovales.

La dernière trouvaille des cerveaux de la ligue et de la fédé c’est la désignation de Barcelone pour la finale du Top14 2016. Pour nous (au cas où) c’est bonnard car moins loin que Saint Denis, et les randonneurs peuvent faire des variantes avec le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Reste que dans ce lieu, les locaux vont confondre le ballon ovale avec un objet volant non identifié car ils n’en ont jamais aperçu un, même dans une vitrine.

La ligue vient encore de se faire remarquer dans un exercice habituel pour elle : les petits arrangements. En effet le pilier de La Rochelle devait être automatiquement suspendu pour cause de trois cartons jaunes et n’aurait pas du pouvoir étrenner sa première cape, mais miracle, la ligue a décrété que sa sanction ne valait que pour les rencontres avec son club. Soit.
En terme clair cela s’appelle la dissociation des sanctions, disposition que beaucoup demande depuis longtemps. Le manager Toulonnais faisait d’ailleurs remarquer la semaine dernière que notre joueur suspendu pour une citation en Coupe d’Europe ne pouvait jouer dans le Tarn…et là pas de miracle.

L’horrible débat sur la présence ou non des « étrangers » en équipe nationale n’en finit plus et certains arguments contre sont plus nauséabonds que crédibles. Le président de la fédé a tenu un discours ferme et définitif sur ce sujet. Je pense qu’il fallait le souligner et le mettre à son crédit tout comme cet arbitre de foot qui dans son rapport reconnaît son erreur et demande que le joueur ne soit pas suspendu. Ca fait rêver dans le milieu du rugby.

Certains joueurs sont en vacances, la place Besagne aussi. On se retrouve à la fin du mois pour le match à Nice (hélas) contre le Michelin’s club qui va se présenter en numéro un du championnat.
Jusqu’à la fin du mois nous n’avons qu’une chose à faire : envoyer des cierges à Notre Dame du Rugby (c’est dans les Landes) pour que nos Rouge et Noir présents sur la scène internationale ne se fassent pas mal.
Pas trop de soucis cependant à avoir car la bible jaune a trouvé les piliers Toulonnais décevants, notre talonneur en dessous et que notre demi de mêlée a relativement déçu.
Ces experts et spécialistes es rugby sont aussi sélectionneurs. Rien de nouveau.


Besagne le 12 novembre 2014
Bon anniversaire Carla.

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 28.11.14 13:01

TO (RUG)BY OR NOT TO (RUG)BY.



Comme vous l’avez sans doute remarqué c’est la saison des prix littéraires. N’ayant pas la prétention de concourir j’ai donc cherché des sujets pour disserter de cette « philo de comptoir » qui m’est chère.
C’est sur le site des Fils de Besagne, sous la plume d’un rédacteur rendant compte du match Barbarians-Namibie que j’ai trouvé matière à réflexion. En effet l’auteur se demandait (justement) si à Toulon on aimait le rugby en dehors du RCT et surtout si en ce moment ce n’était pas un phénomène de mode. En somme « être rugby or not rugby ».

Il est évident que le nouveau rugby (pro) a généré un nouveau public qui ne vient pas voir jouer au rugby mais voir Toulon gagner. Cette strate de spectateurs n’a aucune culture rugbystique, aucun repère et il est aisé de le vérifier avec ces sifflets honteux lorsque ça va mal, les insultes, ou les banderoles style « merci les mercenaires » comme cela s’est déjà vu. Certains franchissent le « rugby-con ».
Cette nouvelle population est très versatile et ces pseudo supporteurs ne viennent que pour pouvoir dire « j’y étais » ou pour se montrer. Ils privilégient la réception d’avant et d’après match, se bousculent pour faire des « selfies » avec les joueurs et seraient les premiers à déserter Mayol si les résultats étaient seulement un peu moins bons. Cette partie du public est incapable d’apprécier les subtilités d’une mêlée, un geste technique parfait ou d‘essayer de comprendre le schéma tactique des deux équipes. Ne parlons pas des règles car sur ce sujet il est bien connu que les joueurs, les arbitres et les techniciens ont des lacunes…au moins dans leur interprétation. Alors pour le public, nouveau ou pas, c’est mission impossible.
Cela provoque quelquefois des situations cocasses et j’ai le souvenir d’un voisin de tribune qui m’a un jour expliqué longuement la règle d’un « renvoi aux vingt deux » qu’il appelait la surface de réparation. Il a été très surpris lorsque je lui ai demandé le nom du gardien de but.

Tout ça pour en arriver au constat d’un stade Mayol désert, ce qui est pour beaucoup d’entre nous une situation particulièrement désolante. Bien entendu c’était un triste soir de novembre, la météo, le prix des places, l’affiche, rien de tout cela ne pouvait attirer ce nouveau public. Et pourtant c’était bien ce soir là que le véritable esprit du jeu rugby était sur la pelouse. Contrairement aux idées reçues un match de rugby des Barbarians n’est « folklorique » que dans l’esprit et jouer pour le plaisir, jouer pour ce maillot qui mêle le bleu ciel de Cambridge le bleu foncé d’Oxford et le bleu de France, jouer pour le seul maillot qui ne puisse pas être acheté, demande de gros efforts de la part de tous les participants.
Le RCT a libéré des joueurs, son manager, ses entraîneurs, les contribuables Toulonnais ont prêté « leur » Mayol et cela s’est terminé par un fiasco, gâché par une météo qui en a remis une couche aux citrons. Complet. (Façon de parler d’un stade vide).
Le rédacteur des Fils de Besagne a raison de souligner qu’une frange ne vient que pour voir le RCT gagner (comme nous tous) mais surtout parce ça fait bien. C’est la mode. Il suffit d’ouvrir les yeux autour de soi pour voir tous ces gens être beaucoup plus occupé par leur smart phone que par les actions sur le terrain.
Denis Lalanne, chantre de notre jeu, m’a répondu à quelques réflexions sur le rugby actuel et ses dérives: « Que voulez-vous, on ne peut pas pisser contre le vent ».
Il faut donc faire avec.

L’actualité sur la place Besagne est copieuse : L’épidémie se propage, de nouveaux cas d’Alzheimer bancaire ont été détectés chez trois de nos élus (la routine) et le monde du foot est (encore) éclaboussé par de sinistres affaires de gros sous et de matchs truqués. Le couvercle de la marmite va-t-il se refermer aussi rapidement que sur l’affaire de la trésorerie de la fédération française de rugby ?

Tennis, finale de la coupe Davis et le gagnant est : les banques suisses …puisque tous les participants résident dans ce pays et nos joueurs, dans un sommet (enneigé) d’hypocrisie ont agité le drapeau national pendant trois jours. L’un d’entre eux a pleurniché en se plaignant d’être sifflé dans son propre pays, mais en oubliant que le spectateur ne sait plus à quel pays se vouer : celui de naissance ou celui de l’exil fiscal ?

Samedi dernier contre ou avec les Pumas il y avait des Rouge et Noir partout. Les Pumas ont mis leurs grosses pattes sur la figure des Bleus et n’ont plus rien lâché. En bons Argentins ils ont joué au fooball-rugby, c’est logique, tout cela dans un stade ou un étage entier était fermé faute de spectateurs…comme un symbole de la particularité de ce nouveau public.

Demain, le RCT reçoit le Michelin’s club à Nice. Les footeux vont encore se lamenter de l’état dans lequel ils vont retrouver la pelouse. Cette rencontre arrivant après une coupure présente tous les ingrédients du match piège. Le leader du Top 14 n’a absolument rien à perdre et tout le monde sait que dans ces cas là, si ça tourne du bon côté pour eux, tout est envisageable.

Samedi dernier les Argentins ont fait une brillante démonstration de ce que doit être une super entame : on est les premiers sur le ballon, on saute sur tout ce qui bouge et on marche sur le reste. Histoire de faire comprendre qui est chez lui, même à cent cinquante bornes de Mayol.

Besagne le 28 novembre 2014

PS : Nous allons dans les Alpes maritimes et j’ai le souvenir du préfet local qui s’est rendu célèbre, il y a peu, en interdisant le drapeau Corse dans son département. Quelle va être sa réaction envers Citroën qui commercialise un modèle à forte connotation régionale identitaire avec une énorme et magnifique Tête de Maure sur le toit ?

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Titony le 28.11.14 18:50

J'ai adoré cette réponse à ma question
avatar
Titony
Administrateur

Messages : 676
Date d'inscription : 07/06/2008
Age : 37
Localisation : Claret Beach

Voir le profil de l'utilisateur http://antonio-delasantacrutcha.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Loubiére le 28.11.14 20:09

Salut Titony, que veux-tu, quand la question est intelligente............

je souhaiterais apporter une correction néanmoins : quand tu inscrits sur le forum que c'est écrit par Loubière, il y a erreur, il faudrait rectifier le tir et mettre que c'est écrit par Sampiero Corsu, car c'est lui le véritable auteur, je ne fais que la mise en page sur le site;

Faut toujours rendre à César ce qui appartient à Jules !

Ceci étant dit, merci à toi et au plaisir de se rencontrer au Roosevelt

Loubiére

Messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Place Besagne by Loubière

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum